De l'agence Havas à L'agence France-Presse
  1832
Le banquier Charles-Louis Havas ouvre à Paris un "Bureau de traduction des journaux étrangers".
 
1835
Début officiel de "l’Agence des feuilles politiques – Correspondance générale", l’Agence Havas, première agence de presse internationale qui recrute des correspondants à l’étranger et vend ses informations aux journaux parisiens et provinciaux, aux hommes d’affaires, aux ambassades et aux ministères en utilisant les méthodes de transmission les plus rapides (pigeons voyageurs puis télégraphe électrique).
 
    1848
Naissance de l’Associated Press à New-York.
 
1849-1851
Création par d’anciens journalistes d’Havas d’agences concurrentes en Europe : à Berlin, l’agence Wolff devient la Continental en 1865 et à Londres, l’agence Reuter profite de l’installation du premier cable télégraphique sous-marin entre Calais et Douvres.
 
1852
Naissance de la branche publicité d’Havas.
 
1870-1875
Les quatre agences mondiales établissent un cartel et se partagent le monde en zones d’influence : Havas exploitera l’Europe méridionale, l’Amérique Latine et les possessions françaises au fur et à mesure des conquêtes coloniales ; la Continental, le centre, l’est et le nord de l’Europe ; Reuter, l’Empire britannique et l’Extrême-Orient. Associated Press sera souveraine en Amérique du nord.
 
1877
L'invention d’un des premiers télégraphes à imprimante par Émile Baudot accélère la saisie et l’envoi des messages. Les télescripteurs permettent à l’agence Havas de fournir aux journaux des prestations "prêtes à publier" (comptes-rendus des débats parlementaires par exemple). Ils furent utilisés jusqu’à l’informatisation complète de l’AFP, à la fin des années 1980.
 
1907
Création de l’United Press aux États-Unis.

1911
Le "bélinographe", appareil mis au point par Edouard Belin en 1907, est amélioré. Il permet de transmettre des photographies par fil.

1914-1918
La Grande guerre provoque une remise en cause de la liberté d’information (censure, propagande) et la fin des alliances entre les agences.

1919
Un nouveau paysage se dessine dans le domaine des agences de presse : la Continental est réduite au rang d’agence nationale. À l’arrivée de Hitler au pouvoir en 1933, elle change de nom et devient un outil de propagande.

1925
Création de l’agence Tass (Agence télégraphique de l’Union soviétique), dirigée par le Parti communiste d’Union soviétique.

1934
Associated Press dénonce officiellement le cartel européen au nom de "la libre circulation de l’information".

1936-1940
L’Agence Havas, devenue peu à peu déficitaire, doit recourir à des subventions d’état. Le monopole exercé sur la presse française par le biais de la régie publicitaire la rend de plus en plus puissante et incontournable. Le Front populaire tente de mettre fin à cette situation en essayant, sans y parvenir, à séparer les branches information et publicité.
 

 
 

1940-1944
Sous l’occupation allemande intervient la séparation entre le secteur publicité et la branche information qui est nationalisée sous le nom d’Office français d’information (OFI), basé en zone sud. À Paris, les anciens bureaux d’Havas abritent une agence contrôlée directement par l’occupant (AFIP) puis, après le retour de Laval en 1942, une antenne de l’OFI, agence officielle du régime de Vichy.
D’anciens journalistes d’Havas ont refusé la défaite et la collaboration ; ils ont créé à Londres en août 1940 l’Agence française de presse puis une Agence France-Afrique en 1942, après le débarquement des Alliés en Afrique du Nord ; des résistants de l’intérieur ont constitué, en plusieurs étapes, l’Agence d’information et de documentation (AID), agence de presse clandestine de la Résistance. L’AFP émane de ces diverses organisations.

1944
20 août, naissance de l’AFP, Agence Française de Presse qui devient rapidement Agence France-Presse. Huit journalistes résistants, anciens d’Havas pour la plupart investissent les bureaux de l’OFI, 13, place de la Bourse à Paris. La première dépêche de l’AFP sort de la salle des ronéos quelques heures après.
L’AFP est doté d’un statut provisoire d’établissement public chargé de recueillir et de diffuser l’information en France et à l’étranger.
 


 
 


 Première dépêche de l’AFP
"(…) Les premiers journaux libres vont paraître, (…) l’Agence française de presse leur adresse aujourd’hui son premier service (…).
Au moment où des combats se livrent encore dans la ville, et où tombent de nouveaux combattants de la liberté, nous saluons tous nos camarades de la presse disparus, emprisonnés et déportés et notamment nos vingt et un collaborateurs tombés dans les mains de la Gestapo.
Au service de tous les journaux libres, l’AFP assurera, avec l’objectivité stricte qui est le devoir d’un organisme d’information, la diffusion de nouvelles scrupuleusement contrôlées et recoupées (…)."

 
 

 

 
1954

Jean Marin, ancienne voix de l’émission de la BBC "Les Français parlent aux Français" dirige l’AFP pendant 19 ans. Il assure la transition entre les statuts provisoire et définitif de l’agence. À son départ en 1975, présente dans 150 pays, elle a retrouvé sa place à l’échelle mondiale.

1957
Votée sous le gouvernement de Guy Mollet, la loi du 10 janvier crée enfin un statut original qui fait de l’AFP un organisme autonome dont le fonctionnement est assuré par des règles commerciales. Ses revenus proviennent de la vente de ses produits d’information en France et à l’étranger. L'État souscrit des abonnements dont les tarifs et le nombre sont fixés par convention. Ce statut est toujours en vigueur de nos jours.
 
 

   


Le rôle de l’Agence
L’Agence France-Presse, organisme autonome doté de la personnalité civile et dont le fonctionnement est assuré selon les règles commerciales a pour objet :
- "de rechercher, tant en France et dans l’ensemble de l’Union française qu’à l’étranger, les éléments d’une information complète et objective,
- de mettre, contre paiement, cette information à la disposition des usagers."

Les obligations fondamentales de l’Agence
"L’Agence France-Presse ne peut en aucune circonstance tenir compte d’influences ou de considérations de nature à compromettre l’exactitude ou l’objectivité de l’information ; elle ne doit, en aucune circonstance, passer sous le contrôle de droit ou de fait d’un groupement idéologique, politique ou économique.
L’Agence France-Presse doit, dans toute la mesure de ses ressources, développer son action et parfaire son organisation en vue de donner aux usagers français et étrangers, de façon régulière et sans interruption, une information exacte, impartiale et digne de confiance.
L’Agence France-Presse doit, dans toute la mesure de ses ressources, assurer l’existence d’un réseau d’établissements lui conférant le caractère d’un organisme d’information à rayonnement mondial."  


 
   
 
1958

Ouverture d’un bureau à Beijing (Pékin).

1971
L’AFP effectue ses transmissions intercontinentales par satellite.

1973
Le conseil d’administration décide l’informatisation de la rédaction.
Le desk latino-américain est le premier informatisé en 1976.

1974
Ouverture du service arabe de l’AFP au Caire.

1985
Décentralisation par la création de centres régionaux de production et de diffusion (Hong-Kong, le Caire, qui sera transféré à Nicosie, et Washington).
Création du service photographique international. Le premier ordinateur de transmission d’images DIXEL remplace à la fin des années 1980 le bélinographe.
L’agence diversifie ses produits sur le modèle de ses concurrents en lançant les services financier, audio, vidéo, infographie et surtout photographie.

1986
Début de la diffusion des services AFP par Minitel.
Grèves importantes contre un plan de redressement.
 
1987
Inauguration du centre régional de Nicosie où est transféré le desk arabe du Caire.

1988
Création du service infographie.

1991
Création du service AFX news qui propose une information économique mondiale en anglais.

1993
L’AFP est entièrement numérisée.

1995
Lancement d'AFP-Direct, permettant la diffusion individualisée des services AFP.
Ouverture du premier site "vitrine" de l'AFP : www.afp.com.
 

   

1996
L’AFP crée un nouveau service multimédia pour les sites Internet, associant textes, photos et graphismes.
Commencement d’une activité vidéo avec la chaîne Bloomberg.
 

    1997
Ouverture d’un desk régional latino-américain à Montévidéo.
Carte des bureaux de L'AFP dans le monde aujourd'hui.

1999
Lancement des journaux Internet en anglais et espagnol.

2000
Lancement des infographies animées.
Lancement d'un journal Internet en portugais.
Lancement d’un journal Internet en chinois avec l'Agence CNA de Taiwan.
Lancement d'un journal interactif d'informations (texte et photo) sur le bouquet numérique de télévisions TPS.

2001
Lancement d’un service de production vidéo pour le Web.

2002
Les photos sportives de l’AFP apparaissent sur les téléphones mobiles japonais de la troisième génération.
 
 


Depuis la disparition de l’United Press International au milieu des années 1980 et de l’agence Tass en 1992, il ne reste que trois agences d’information de dimension mondiale qui sont par ordre de chiffre d’affaire Reuter, AP et l’AFP, seule agence "latine".
En 2003, le chiffre d’affaire de l’AFP s’élevait à 242 millions d’euros dont 100 millions pour les abonnements de l’État, 70 pour la France et 72 millions pour l’étranger.

Le conseil d’administration de l’AFP comprend 15 membres et un président.
Le président est élu pour trois ans à la majorité de 12 voix et choisi hors des membres du conseil. Le Conseil d’administration est ainsi constitué :
- 8 représentants des syndicats de dirigeants d’entreprises de presse ;
- 2 représentants de l’audiovisuel public ;
- 3 représentants des services publics usagers de l’AFP désignés respectivement par le Premier ministre, le ministre des Affaires Étrangères et le ministre du Budget ;
- 2 représentants du personnel.