Compilation arthurienne de Micheau Gonnot
Apparition du Graal aux chevaliers de la Table ronde
Centre de la France, entre 1466 et 1470
Parchemin, 233 f. (2 col.), 435 x 310 mm
Provenance : Jacques d'Armagnac, duc de Nemours, dont les armoiries grattées (f. 1) ont été remplacées par celles de la famille Montejehan
BnF, Manuscrits, français 112 (vol. 3, f. 5)
© Bibliothèque nationale de France
Peint dans l'entourage d'Évrard d'Espinques, ce volume de la compilation arthurienne réalisée par Micheau Gonnot pour Jacques V d'Armagnac est richement illustré. Il s'ouvre par la Quête du Graal. Le début du récit, retraçant l'arrivée de Galaad à la cour d'Arthur, est résumé par les quatre panneaux du frontispice et trois peintures. Il se poursuit au folio 5 avec une grande composition consacrée à l'événement surnaturel qui survient à Camelot, le soir de la fête de la Pentecôte, et va être le point de départ de la Quête. Après les vêpres, au moment du dîner, le roi et ses chevaliers attablés sont surpris par le bruit du tonnerre et une lumière céleste qui envahit la salle en même temps qu'apparaît le Saint Graal, représenté ici sous la forme d'un ciboire porté par deux anges. La légende assure que le vase précieux, symbole eucharistique, passe devant chaque convive pour le servir d'une substantielle et abondante nourriture. L'artiste a désigné les convives par des inscriptions en lettres d'or. Confondant Galaad avec son père, Lancelot, il a écrit par erreur le nom de ce dernier sur le Siège périlleux surmonté d'un dais, où seul un chevalier parfait destiné à "mener à fin les aventures du Graal" pouvait s'asseoir sans danger : le matin même, l'ermite Nascien y avait placé Galaad, le désignant ainsi comme le héros de la Quête (f. 3 vo).
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu