Chronique universelle
17,75 mètres, de la Création du monde à la mort de Charles VII
France, 3e quart du XVe siècle
Rouleau de parchemin, 17 750 x 650 mm, constitué de 21 f. de parchemin
Provenance : abbaye de Saint-Germain-des-Prés ; entré à la BN en 1796
BnF, Manuscrits, français 15373
© Bibliothèque nationale de France
Sans doute destinées à de petits aristocrates peu fortunés, les Chroniques universelles sur rouleau fleurissent dans la seconde moitié du XVe siècle. Constituées de peaux de parchemin collées ou cousues ensemble, elles déroulent sur plusieurs mètres la succession, juxtaposée en colonnes, des papes, des empereurs de Rome, des rois de France et d'Angleterre, depuis la création du monde jusqu'au temps présent. Tel est le cas de la présente Chronique, longue de 17,75 mètres, qui s'achève en 1461 à la mort de Charles VII : elle est un des rares exemplaires d'un groupe d'une trentaine de Chroniques universelles à être aujourd'hui encore conservé en rouleau.
Au sortir de la guerre de Cent Ans, la généalogie des rois de France semble y valoriser le sentiment de la légitimité dynastique, alors que celle des rois d'Angleterre paraît en revanche dramatiser la construction du royaume breton en la fondant sur un perpétuel parricide. Ainsi peut apparaître le cas du roi Arthur, représenté dans un médaillon cerclé de rouge, au moment où il meurt assassiné par son fils bâtard, Mordred. Le hasard de la mise en page l'a placé en regard du médaillon représentant la construction de l'abbaye de Saint-Denis. Mais cette position accidentelle souligne encore davantage le contraste entre une Angleterre alors en pleine guerre des Deux- Roses et une France en cours de reconstitution.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu