Floire et Blanchefleur. Adenet le Roi, Berte aus grans piés. Claris et Laris
Banquet à la cour du roi
Paris, vers 1290
Parchemin, 256 f., 268 x 200 mm
Provenance : ex-libris médiéval gratté du XVe siècle : "Ce livre est à Guillem Le M[e ?]nse demourant à Rouen en la paroisse Saint Vincent" ; Colbert ; entré à la Bibliothèque du roi en 1732
BnF, Manuscrits, français 1447 (f. 67)
© Bibliothèque nationale de France
Ce manuscrit réunit la chanson de geste de Berthe aux Grands Pieds et les romans de Floire et Blanchefleur et de Claris et Laris. Seul ce dernier appartient à la matière de Bretagne. Ce très long texte de plus de 30 000 vers est dû à un ménestrel lorrain, qui le commença en 1268. C'est donc l'une des dernières grandes œuvres arthuriennes en vers. Il raconte les aventures de Claris, qui épouse la reine Lidoine de Gascogne, et celles du frère de Lidoine, Laris, amoureux de la sœur d'Yvain. De nombreux chevaliers de la Table ronde apparaissent au détour d'un texte qui convoque la plupart des thèmes traditionnels des romans bretons et multiplie les références à Chrétien de Troyes. Sa matière touffue trouve son unité dans une peinture très réussie de l'amitié chevaleresque entre Claris et Laris.
Le feuillet reproduit montre le cadre traditionnel du déclenchement des aventures dans les romans de la Table ronde : le roi, installé à la table d'un banquet, reçoit un visiteur dont l'irruption vient rompre l'équilibre de la cour et du royaume. En dépit de l'usure du temps, il est possible d'y reconnaître le pinceau subtil du Maître du Méliacin, un artiste exerçant à Paris sous le règne de Philippe le Bel et qui illustra avec ses associés plusieurs ouvrages d'Adenet le Roi, dont le recueil ms. 3142 de l'Arsenal. En rapport avec le fait que le possesseur du XVe siècle demeure à Rouen, on peut aussi noter que la bibliothèque municipale de Rouen possède un manuscrit du Roman de Jules César peint par cet artiste (BM, 1050).
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu