Guiron le Courtois, suivi de la Compilation de Rusticien de Pise
Le Tiers Livre de Guiron
Paris, vers 1420 et vers 1450
Parchemin, 376 f., 440 x 315 mm
Provenance : Jean-Louis de Savoie ; Louise de Savoie ; François Ier siècle ; Bibliothèque du roi (fin du XVIe siècle)
BnF, Manuscrits, français 357 (f. 241)
© Bibliothèque nationale de France
Ce volumineux recueil en deux tomes (BnF, fr. 356- 357) contient le Roman de Guiron le Courtois, suivi de la Compilation de Rusticien de Pise, dans une configuration particulière : au folio 241 du deuxième tome commence en effet, sous le titre "le tiers livre de Guyron", une nouvelle version du second livre déjà copié aux folios 1-240 v°. Cette version figure également dans un manuscrit "jumeau" provenant des ducs de Bourgogne (Arsenal, mss 3477-3478) et qui a été réalisé dans le même atelier parisien, ou au moins copié sur un modèle identique.
L'illustration a été complétée par le Maître de Dunois, qui doit son nom au livre d'Heures du comte de Dunois, fils illégitime de Louis d'Orléans (Londres, BL, Yates Thompson, ms. 3). Quand les Anglais ont quitté Paris en 1436, le Maître de Dunois, disciple du Maître de Bedford, s'est mis à travailler pour la nouvelle clientèle des chefs de guerre et hauts dignitaires de l'entourage de Charles VII. D'après François Avril, le Maître de Dunois serait identifiable avec Jean Haincelin, qui comptait parmi ses clients le duc d'Orléans et l'amiral Prigent de Coëtivy. En 1444, Haincelin a réalisé pour ce dernier un Lancelot et un Guiron le Courtois aujourd'hui disparus. Sans doute familier de ces sujets, il a traité avec originalité et élégance la scène de la rencontre, sur un fond boisé vert tendre.
Le destinataire initial du manuscrit est inconnu, mais les armes de Jean-Louis de Savoie (1447-1482), évêque de Tarentaise (1456) puis de Genève (1460), ont été ajoutées en marge.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu