Roman de Lancelot
Lancelot embrassant Guenièvre
Centre de la France (Ahun), entre 1466 et 1470, atelier d'Evrard d'Espinques
Compilation arthurienne de Micheau Gonnot en trois volumes réalisée pour Jacques d'Armagnac, duc de Nemours
BnF, Manuscrits, Français 112 (1) fol. 101
© Bibliothèque nationale de France
C'est Galehaut, l'ami fidèle, qui a organisé la rencontre. Il "pousse" Lancelot dans les bras de la reine, comme le représente littéralement l'enlumineur, tandis que la reine se saisit du visage de son amant pour lui donner un baiser.
« Tous les trois se rapprochèrent et firent semblant de discuter, mais la reine voyait bien que le chevalier n'osait aller plus loin. Elle le prit alors elle-même par le menton et lui donna un long baiser devant Galehaut, si bien que la dame de Malehaut s'en aperçut. La reine, qui était une dame fort sage et de grande valeur prit alors la parole : "Beau doux ami, dit-elle au chevalier, vous avez tant fait pour moi que je suis à vous, et je m'en réjouis fort. Mais prenez soin de garder cette chose secrète comme il convient, car je suis une des dames au monde dont on dit le plus de bien et si ma réputation se gâtait à cause de vous, cet amour serait bien laid et bas". »
Quant aux suivantes de la reine, elles demeurent à l'écart, le visage impassible, tant il convient de garder la chose secrète.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander