La Quête du Graal
Galaad recevant l'écu
Milan, vers 1380-1385. Copié par Albertolus de Porcelis
Parchemin, 113 f., 392 x 274 mm
Provenance : Bernabo Visconti ; incorporé à la bibliothèque des ducs de Milan par Gian Galeas Visconti ; transféré par Louis XII au château de Blois en 1500
BnF, Manuscrits, Français 343 fol. 10v
© Bibliothèque nationale de France
« Galaad parvient à une blanche abbaye où il trouva deux autres chevaliers de la Table ronde : Yvain l'Avoltre et le roi Baudemagu. Ce dernier lui conta qu'il y avait dans cette abbaye un bouclier que nul ne pouvait pendre à son cou sans qu'il lui advînt malheur, mais qu'il avait l'intention de le prendre pour vérifier l'aventure. Le lendemain Baudemagu demanda à l'un des frères où était l'écu. On le conduisit derrière le maître-autel. Il y avait là un écu blanc à la croix vermeille. Il s'en empara puis monta à cheval. Les frères lui donnèrent un écuyer pour rapporter l'écu s'il en était besoin.
À peine Baudemagu eut-il franchi deux lieues qu'il arriva dans une plaine en vue d'un ermitage. Il en surgit un chevalier aux armes blanches qui fonça sur lui à grande allure et le frappa si durement qu'il le mit à terre, lui enfonçant dans l'épaule le fer tranchant de sa lance. Lui ôtant l'écu, il dit à Baudemagu : "Sire chevalier, vous fûtes bien fou pour suspendre à votre cou l'écu, car il n'est permis à aucun homme de le porter s'il n'est pas le meilleur chevalier du monde". Puis il s'adressa à l'écuyer lui enjoignant de remettre l'écu au Bon Chevalier que l'on nomme Galaad : "Dis-lui que le Haut Maître lui commande de le porter". Ils partirent de l'endroit où le roi avait été navré. Lorsqu'ils arrivèrent à l'abbaye, les frères donnèrent à Baudemagu tous les soins qu'ils purent. Devant tous ceux de la place, le valet adressa l'ordre du blanc chevalier à Galaad. Celui-ci demanda ses armes, puis il pendit l'écu à son cou, et recommandant les frères à Dieu, il s'en alla avec l'écuyer. Yvain de son côté s'enfonça dans la forêt. Galaad se rendit auprès du chevalier à la blanche armure qui lui conta l'histoire de cet écu à la croix vermeille et disparut sitôt après. Le valet qui avait entendu le récit pria Galaad de l'accepter pour écuyer et de lui conférer la chevalerie. Il consentit. Ils repartirent donc à l'abbaye où il y avait une aventure que nul n'avait encore pu achever. »
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander