Les origines de la chasse au vol se perdent dans la nuit des temps, mais c'est au Moyen Âge que la fauconnerie connaît son âge d'or : avec passion, faste et puissance, elle devient la distraction favorite du monde seigneurial, le privilège de la noblesse.

Cet engouement va donner lieu, entre le XIe et le XIVe siècle, à la rédaction de manuels rassemblant tout un savoir technique et des connaissances "vétérinaires" : identifiant les variétés de rapaces utilisables en fauconnerie, expliquant la manière de les apprivoiser et de les dresser à la chasse, décrivant la manière de les soigner et de remédier aux diverses maladies qui peuvent les affecter.
Le plus célèbre de ces traités européens, tant de par la personnalité de son auteur que par le caractère encyclopédique de l'ouvrage, est L'Art de la chasse avec les oiseaux rédigé par l'empereur Frédéric II vers 1230-1245. Il reste aujourd'hui moins d'une dizaine de manuscrits de cet ouvrage rédigé d'abord en latin, puis immédiatement traduit en vieux français.
Ce texte est exceptionnel à plus d'un titre. Nourri d'observations et d'expériences multiples, il est remarquable tout d'abord par son sens du détail, la précision de son vocabulaire, par son esprit critique, décrivant toutes les phases de l'affaitage (ou dressage) des faucons, les gestes des fauconniers, les techniques de chasse et les évolutions des rapaces selon les gibiers poursuivis, la manière de remédier aux différents maux dont ces oiseaux peuvent être atteints.

Ce traité est remarquable également par la richesse de ses illustrations. Les miniatures qui accompagnent le texte, se présentent comme une bande dessinée sur la vie des oiseaux de chasse dans les voleries (leur habitat, leur équipement), sur le déroulement des chasses au vol depuis les premières leçons jusqu'aux chasses proprement dites, sur les soins courants et le régime alimentaire pour maintenir ces oiseaux dans la meilleure condition possible pour la chasse.
retour