Le coq
Utiliser également ici les dessins à la plume de Troyes 145, fol. 12
L'exemple du coq peut aussi servir à désigner certains prélats de l'église à qui Dieu donne l'intelligence, mais qui n'accomplissent rien en conséquence de ce don de Dieu. [...] Il y en a d'autres qui sont excessivement simples et incultes, qui sont assis comme un coq sur la perche du gouvernement, c'est-à-dire sur les cathèdres des dignitaires. Ils occupent la place, mais néanmoins ne connaissent pas les obligations du sacerdoce. Ils siègent en silence, s'engraissent mais ne mènent pas les foules engagées sous leur responsabilité paître à la vérité éternelle.

"Que chacun d'eux soit attentif, celui qui a reçu la sagesse mais ne prêche pas la parole de Dieu au peuple, et celui qui est silencieux parce qu'il ne sait pas quoi dire, de peur que comme le coq il ne tombe de la perche". Hugues de Fouilloy, Traité des oiseaux
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu