Barthélémy l'Anglais, Livre des propriétés des choses
Faune : animaux
Paris, XIVe-XVe siècle
Paris, BnF, Département des Manuscrits, Français 216, fol. 283
© Bibliothèque nationale de France
La symbolique du cerf est ancienne et les acceptations chrétiennes du cerf procédent de très antiques croyances et traditions paiennes telles les traditions celtes et germaniques qui voyaient dans celui-ci, un animal solaire, un médiateur entre le ciel et la terre. Le cerf pour les auteurs médiévaux est un symbole de fécondité et de résurrection (ses bois repoussent chaque année), une image de baptême. Les Pères de l'église et les théologiens, en font un animal pur et vertueux, une image du bon chrétien, un attribut du Christ au même titre que l'agneau ou la licorne. Ils n'hésitent pas à jouer sur les mots et à rapprocher servus et cervus : le cerf, c'est le Sauveur.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu