Prologue du livre de chasse de Gaston Fébus

C'est du troisième office, dont je doute d'avoir eu nul maître, si vaniteux que cela semble, que je voudrais parler, c'est-à-dire de la chasse, et je traiterai par chapitres de toutes les espèces de bêtes que l'on chasse communément, de leurs manières et de leur vie [...] Et je parlerai premièrement des bêtes douces qui viandent, parce qu'elles sont plus gentilles et plus nobles : et premièrement du cerf et de toute sa nature, secondement du renne et de toute sa nature, troisièmement du daim et de toute sa nature.
Gaston Phébus
Le livre de chasse
France, début du XVe siècle
Paris, BNF, Français 616, fol. 13
 1/18