Anthropomorphisme des personnages

Dans les avatars du Roman de Renart, un certain réalisme satirique l'emporte sur l'imagination comique des premiers récits. Un anthropomorphisme croissant marque cette progression du réalisme. Évoluant dans une société véritablement organisée comme celle des hommes, les héros animaux prennent une forme humaine alors que le corps animal reste très présent dans les premiers manuscrits où les bêtes courent à quatre pattes.
Noble, Hardi, Ysengrin et Renart

Jacquemart Gielée, Renart le nouvel
Nord de la France, fin du XIIIe siècle
BNF, Manuscrits, fr. 25566 f. 163v

À genoux, Renart demande pardon au roi Noble le lion, assis sur son trône avec son sceptre à la main, à Hardi le léopard, qui fait office de chancelier, et à Ysengrin, le loup. Ils sont vêtus comme des hommes.
 7/9