Abraham Bosse
Planche 2 (p. 60) : (Les Perspecteurs)

pour Manière universelle de M. Desargues pour pratiquer la perspective par petit pied, comme le géométral, Ensemble des places et proportions des fortes et faibles touches, teintes ou couleurs, par A. Bosse, Paris, Pierre des Hayes, 1647-48, in-8
Eau-forte. 130 x 85
BNF Est., Ed 30, rés.

Bosse illustre dans cette planche ce que Desargues nomme le "rayonnement de la vue" et Alberti la "pyramide visuelle". Les rayons visuels sont matérialisés par des filets attachés aux coins d'un carreau. Ils s'assemblent dans l'oil, sommet théorique de la pyramide. Il s'agit donc de mettre en place les fondements de la perspective linéaire monoculaire.
Bosse envisage la dynamique visuelle suivante : "En tenant ainsi l'assemblage de ces filets à votre oil, regardez ce carreau bcdf, d'un même temps, et vous verrez les coins au droit et le long de ces filets, comme si chacun de ces coins venait le long d'un de ces filets à votre oil ou comme si votre oil voyait ces coins par le long de ces filets, allant de lui jusqu'à eux."
Ainsi, le point regardé court le long du filet jusqu'à l'oil pour l'informer de sa position. Plus tard, Bosse reprendra la même idée en imaginant que les touches, teintes ou couleurs du sujet coulent le long des rayons visuels pour informer l'oil de la couleur de chacun des points du sujet. On notera qu'il tient pour possible que la lumière aille de l'oil aux coins du carré bcdf. Le sens de propagation de la lumière est un débat qui n'est pas encore tranché par la communauté scientifique de l'époque, mais Bosse, dans des écrits ultérieurs, indiquera sa préférence rationnelle pour une propagation de la lumière des objets vers l'oil.
Bosse montre aussi dans cette planche que la position de l'oil par rapport au carré observé est un paramètre essentiel pour la représentation de ce carré. Selon que l'observateur est debout, assis ou perché sur des degrés, il en n'a pas la même vision.
Cette très célèbre estampe, que l'on intitule parfois Les Perspecteurs, doit sans doute son succès à l'alliance singulière d'un décor géométrique épuré et des personnages en costumes raffinés qui se livrent à une bien étrange activité. Au niveau de la perspective linéaire ou de la perspective aérienne, elle témoigne du savoir-faire de Bosse.