>> Accès à l'audiovisuel   (830 Kb)

Un certain nombre d'ouvrages sur la condition ouvrière ont servi à Zola pour écrire L'Assommoir, en particulier Le Sublime ou Le Travailleur comme il est en 1870 et ce qu'il peut être, de Denis Poulot, pour la description de types d'ouvriers et pour l'étude de leur vocabulaire. Il a également dépouillé de façon systématique le Dictionnaire de la langue verte, d'Alfred Delvau. Pour son "roman populaire", Zola voulait expérimenter une écriture différente : il a fait parler ses personnages avec leurs propres termes et a employé des tournures familières jusque dans sa narration.

Il s'est largement inspiré d'un traité du Docteur Valentin Magnan, De l'alcoolisme, des diverses formes du délire alcoolique et de leur traitement pour décrire les crises et la fin de Coupeau.