Dès 1938, la presse intronise Robert Capa comme "le plus grand photographe de guerre".
 
C'est la guerre d'Espagne avec la photographie du milicien frappé par une balle qui fait entrer Capa dans l'histoire de la photographie.
 
En raison de leur grain, ses photos du Débarquement restent les plus bouleversantes images de guerre jamais prises.
Personne n'avait, avant lui, photographié la guerre avec un tel mépris du danger, ni avec une plus vive compassion pour les combattants et surtout pour les populations civiles victimes des conflits.
C'est encore en photographiant la guerre, un appareil photographique dans chaque main, qu'il trouva la mort en Indochine en 1954.
 
Ses reportages étonnants sur les pèlerinages de Lisieux ou le Tour de France de 1939, sont moins connus, sans oublier de remarquables portraits d'artistes.
La Bibliothèque nationale de France consacre une exposition à Robert Capa à l'occasion du cinquantième anniversaire de sa disparition. Un parcours de près de 300 photographies, célèbres ou inconnues, permet de redécouvrir le travail de celui qui est considéré comme le père de tous les photoreporters.