Dès les années 780, les chefs-d’œuvre produits dans les ateliers impériaux témoignent de l'intérêt des souverains carolingiens pour le livre, de leur goût pour les textes rares et les manuscrits de luxe et de leur volonté de perpétuer les conceptions artistiques de la culture grecque et romaine.

page suivante
page précédente