Évangiles de Saint-Médard de Soissons
Saint Luc et début de son Évangile
École du Palais de Charlemagne (Aix-la-Chapelle), vers 800
BnF, Manuscrits, Latin 8850 fol. 123v-124
Décoré dans un style antiquisant, le chef-d'œuvre de l'école du Palais frappe autant par l'élégance et la maîtrise de sa mise en page que par l'inventivité et la richesse des grandes peintures et des détails foisonnants qui les accompagnent.
Les peintures à pleine page, comme ici le portrait de l'évangéliste Luc, figuraient déjà dans des manuscrits antérieurs, mais la comparaison témoigne des progrès des peintres depuis l'évangéliaire de Charlemagne, peut-être au contact de modèles byzantins. Elle révèle aussi un sens de l'architecture – colonnes, arcs, architraves, murailles – adapté à la mise en perspective presque théâtrale des thèmes, ainsi qu'un renouvellement des coloris, qui forcent l'admiration.
L'ensemble reflète de manière évidente l'influence byzantine sur la production des artistes gravitant autour de la cour impériale, et exprime aussi le souhait du souverain d'une filiation avec l'Empire romain.
 
 
 
Cette image est disponible dans la Banque d'images.
Vous pouvez en commander une reproduction.
En payant en ligne, vous bénéficiez du service rapide.
Ajoutez l'image à votre panier.
 
commander
 
 
commander