Retour
Suite

Reliures d'orfèvrerie

Les riches sanctuaires possèdent des reliures exceptionnelles, exposées dans les églises sur des pupitres ou des coussins, et promenées dans les processions. Bibles et livres liturgiques se parent de reliures d'orfèvrerie, incrustées de pierreries et de perles, d'ivoires et de cristaux. Ces manuscrits prennent place dans les trésors des églises, parmi les précieux objets du culte. Au début du Moyen Âge, la messe publique est toujours solennelle : l'aspect extérieur des volumes confirme aux fidèles la nature et l'importance du contenu.

Psautier de Charles le Chauve

École du Palais de Charles le Chauve, copié par Liuthard avant 869, reliure d'ivoire et d'orfèvrerie
BnF, Manuscrits, latin 1152 plat supérieur

Ces bordures d'argent doré rehaussées de nœuds ou de filigranes métalliques, de pierres et de perles, constituent l'un des plus importants témoignages sur l'art de l'orfèvrerie à l'époque carolingienne. Elles encadrent des plaques d'ivoire sculpté qui illustrent des passages de l'Ancien Testament avec des effets de profondeur et de mouvement empruntés au style rémois.
 3/7