Retour
Suite

Les motifs cloisonnés

Cet ouvrage de saint Jérôme renferme un autre exemple de lettres cloisonnées caractéristiques de l'art mérovingien. Suivant un schéma diffusé par l'abbaye bourguignonne de Luxeuil dès 670-680, le titre en capitales cloisonnées s'inscrit sous une double arcature aux montants garnis d'entrelacs. Dans les frontons, deux personnages chevauchent de grands volatiles d'inspiration moyen-orientale. L'ensemble est rehaussé d'une gamme chromatique de vert, jaune pâle, orange et lie-de-vin, couleurs qu'employait l'enluminure mérovingienne.

Saint Jérôme, Commentaire sur Isaïe

Corbie (?), 2e moitié ou fin du VIIIe siècle.
BnF, Manuscrits, Lat. 11627 f. 1v

Le format inhabituel du volume et la fameuse écriture ab utilisée pour sa copie rattachent ce recueil à l'un des plus anciens groupes de manuscrits copiés pour Corbie. Caractéristique de l'art mérovingien, la page frontispice, où le titre s'inscrit sous une double arcature, offre un bon exemple de l'illustration des livres avant 800.
 3/6