Retour
Suite

De l'abstraction à la figuration

Le langage formel abstrait développé par les artistes de l'école franco-saxonne ne laisse guère de place à la figure humaine, et les rares représentations figurées que l'on trouve dans les manuscrits de cette école sont le fait d'artistes étrangers, comme dans ces Évangiles exécutés à Saint-Amand. La Crucifixion et les portraits des évangélistes qui ornent ce manuscrit ont probablement été exécutés par un artiste venu de Reims.

Évangiles de François II

Saint-Amand-en-Pévèle, 3e quart du IXe siècle
BnF, Manuscrits, Lat. 257 f. 12v

L'art illusionniste de l'école de Reims est surtout perceptible dans le traitement des fonds atmosphériques constitués d'un vaste champ bleu surmonté de bandes nuageuses, des figures revêtues de tuniques aux larges plis concentriques et des arbustes peuplant le paysage peints dans une veine naturaliste.
 2/5