« Miss Charpillon est plus putain que sa mère. »
Histoire de ma vie
Giacomo Casanova, Dux, 1789-1798.
BnF, Département des Manuscrits, NAF 28604 (8) fol. 109v
© Bibliothèque nationale de France
Pour se venger des procédés de la courtisane qui l'a mené au bord du suicide, Casanova achète un perroquet qu'il dresse à prononcer cette insulte contre elle, puis l'expose en public, à la Bourse de Londres.

Transcription du texte :
« J'ai laissé là ce coquin après avoir donné par pure charité une guinée à sa femme. Elle m'a donné un exemplaire d'un ouvrage de son mari dont le titre était Le Secret des Francs-Maçons trahi. Il était moine à Pise sa patrie, et il en était parti avec elle qui était religieuse. Il l'avait épousée à Londres.
Dans ces jours-ci, M. de Saa lui-même, ce qui m'a surpris très fort, me remit une lettre de ma chère Pauline qui me confirmait le malheur de mon fidèle Clairmon. Elle était déjà devenue la femme du comte Al. Ce qui me surprit encore plus fut qu'il me jura qu'il savait qui elle était jusque dès son arrivée à Londres. C'est la marotte de presque tous les ministres de vouloir se faire croire plus savants qu'ils ne sont. M. de Saa cependant était un parfait honnête homme. La Charpillon l'avait à peu près traité comme moi.
Mais voici un événement qui doit intéresser tout lecteur de bonne humeur.
Allant me promener un matin par la ville, je suis passé par un endroit qu'on appelait le marché aux perroquets. En voyant un joli dans une cage toute neuve j'ai demandé quelle langue il parlait, et on me répondit qu'étant tout jeune il n'en parlait aucune. J'ai donné les dix pièces qu'on en demandait, et je l'ai envoyé chez moi. Décidé à lui apprendre quelques paroles intéressantes, j'ai pensé à le placer près de mon lit, et à lui répéter à tout moment Miss Charpillon est plus putain que sa mère. J'ai entrepris cette plaisanterie ainsi pour rire, et certainement sans aucun méchant dessein. En moins de deux semaines le perroquet complaisant apprit si bien ces six paroles qu'il les répétait du matin au soir avec cela d'avantage qu'après les avoir prononcées il donnait dans un grand éclat de rire, ce que je n'avais pas eu intention de lui apprendre.
Ce fut Goudar qui me dit un jour que si j'envoyais mon perroquet à la Bourse, j'aurais pu certainement le faire vendre pour cinquante guinées. » (suite)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu