Fabrique militaire
Échantillons d’étoffes de Dannemarck, en soye, laine, cotton et filasse
1765.
BnF, Département des Manuscrits, NAF 2102, p. 15
© Bibliothèque nationale de France
Si Casanova endosse l’uniforme militaire, c’est un habit de caprice qu’il se fait faire. « Je demande un bon tailleur ; on m’en fait venir un qui s’appelait Morte. Je lui fais entendre comment et de quelles couleurs l’uniforme que je voulais devait être composé, il me prend la mesure, il me donne des échantillons de draps que je choisis, et pas plus tard que le lendemain il me porte tout ce qui m’était nécessaire pour représenter un disciple de Mars.» (Histoire de ma vie, I, p. 260.)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu