Tchingis ou danseuse turque
Recueil de cent estampes représentant les diverses nations du Levant tirées d'après nature en 1707 et 1708 par les ordres de M. de Ferriol, ambassadeur du Roy à la Porte et gravées en 1712 et 1713 par les soins de M. Le Hay
Gravure par Gérard Jean-Baptiste Scotin (1671-1716) d’après Jean-Baptiste Vanmour (1671-1737), 1715.
35,9 x 24,9 cm (planche)
BnF, Département des Estampes et de la photographie, OD-11 (A)-FOL, f. 54
© Bibliothèque nationale de France
C'est à Constantinople que Casanova montre ses talents de danseur de furlane : « La déesse se met en figure, je l'accompagne, et nous dansons six Furlanes de suite. Me voilà hors d'haleine, car il n'y a point de danse nationale plus violente ; mais la belle se tenant debout et immobile, et ne donnant le moindre indice de lassitude, paraissait me défier. À la ronde du ballet, qui est ce qui fatigue le plus, elle paraissait planer : l'étonnement me tenait hors de moi-même. Je ne me souvenais pas d'avoir vu danser si bien ce ballet dans Venise même. » (Histoire de ma vie, I, p. 298.)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu