Constantinople, ville de Romanie et capitale de l'Empire des Turcs
1760.
BnF, Département des Estampes et de la photographie, LI-72 (8)-FOL
© Bibliothèque nationale de France
« Les vents toujours favorables nous conduisirent aux Dardanelles en huit ou dix jours, puis les barques turques vinrent nous prendre pour nous transporter à Constantinople. La vue de cette ville à la distance d’une lieue est étonnante. Il n’y a pas au monde nulle part un si beau spectacle. Cette superbe vue fut la cause de la fin de l’Empire romain, et du commencement du grec. Constantin le Grand arrivant à Constantinople par mer, séduit par la vue de Byzance s’écria : “Voila le siège de l’empire de tout le monde”, et pour rendre sa prophétie immanquable il quitta Rome pour aller s’y établir. S’il avait lu, ou cru à la prophétie d’Horace il n’aurait jamais fait une si grosse sottise. Le poète avait écrit que l’Empire romain ne s’acheminerait à sa fin que quand un successeur d’Auguste s’aviserait d’en transporter le siège là où il avait eu sa naissance. La Troade n’est pas bien distante de la Thrace. » (Histoire de ma vie, I , p. 280-281.)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu