Madrid : Vue générale de la capitale du royaume d'Espagne
Estampe, 24 x 39 cm
BnF, Département des Estampes et de la photographie, LI-72 (5)-FOL
© Bibliothèque nationale de France
« Assez bien logé, il ne me manquait que du feu ; le froid était sec et piquant plus qu'à Paris, malgré les quarante degrés de latitude. La raison en est que Madrid est la plus éminente ville de toute l'Europe. Ceux qui y vont, partant de quelque ville maritime, montent insensiblement jusqu'à sa hauteur, je crois de mille toises. La ville, outre cela est entourée de montagnes de loin, et bordée de collines de près, ce qui fait que quand il fait vent il transit. L'air de Madrid est mauvais pour tous les étrangers parce que pur et subtil ; il n'est bon que pour les Espagnols, tous maigres, tous chétifs, frileux au point que quand il fait le moindre vent même dans le mois d'août ils ne s'y exposent qu'enveloppés jusqu'aux yeux dans un vaste manteau de drap. Les esprits des hommes dans ce pays-là sont bornés par une infinité de préjugés, ceux des femmes sont en général assez dégagés ; et les uns et les autres sont sujets aux passions et aux désirs aussi vifs que l'air qu'ils respirent. » (Histoire de ma vie, III, p. 571.)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu