Londres : Rotonde des jardins du Ranelagh (détruite en 1805)
Canaletto (1697-1768), dessinateur de l'œuvre reproduite. Johann Friedrich Leizelt, graveur, Augsbourg, 1770.
Estampe, 32 x 44 cm
BnF, Département des Estampes et de la photographie, LI-72 (5)-FOL
© Bibliothèque nationale de France
« Vers le soir, je vais au parc S. James, je vois que c'était un jour de Renelag-aus ; j'étais curieux de voir cet endroit, c'était loin, je prends une voiture et seul sans domestique, j'y vais pour m'amuser jusqu'à minuit et tâcher de faire connaissance avec quelque jolie fille. La rotonde de Renelag me plait beaucoup, je mange du pain avec du beurre en buvant du thé, je danse quelque menuet, mais point de connaissances. Je vois des filles et des femmes fort jolies, mais de but en blanc, je n'ose en attaquer aucune. Ennuyé, je me détermine à partir vers minuit, et je vais à la porte, croyant de trouver mon fiacre, car je ne l'avais pas payé ; mais il n'y était plus ; j'étais là, jurant en vain ; personne ne trouvait la voiture que je demandais et je me voyais fort embarrassé à rentrer chez moi. Une jolie femme qui voyait ma détresse, et qui depuis cinq minutes était là pour attendre la sienne, me dit en français que si je demeurais pas loin de Witeale, elle pouvait me conduire à ma porte. » (Histoire de ma vie, III, p. 154.)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu