Wroclaw : Le marché au sel, ou la grande place de Breslau, du côté du midi
Pologne
Georg Balthasar Probst (1673-1750), graveur, Augsburg, vers 1740.
Estampe, 22 x 32 cm
BnF, Département des Estampes et de la photographie, LI-72 (4)-FOL
© Bibliothèque nationale de France
« La Pologne qui n'existe plus aujourd'hui existerait encore telle qu'elle était à la mort d'Auguste III, Électeur de Saxe, sans l'ambition de la famille Czartoryski que le comte de Brühl, Premier ministre du roi, humilia. Auguste Czartoryski, palatin de Russie, pour se venger, perdit sa patrie. La passion aveugla son profond esprit au point qu'il oublia que la force des axiomes, et principalement en politique, est invincible. S'étant déterminé non seulement à exclure la maison de Saxe de la succession au trône de la Pologne, mais à détrôner le monarque régnant, et ayant besoin pour venir à bout de son dessein de se rendre amis la czarine et l'Électeur de Brandebourg, il les fit connaître par la diète, la première pour impératrice de toutes les Russies, et le second pour le roi de Prusse. [...] Les souverains dirent qu'ils ne lui demandaient que le titre. Et la République le leur donna, et le palatin de Russie eut le plaisir de voir sur le trône Stanislas Poniatowski, fils de Constance, sa sœur. J'ai dit alors au palatin même, que le titre accordé leur donnait un droit réel, et que la promesse de ne jamais s'en servir devenait nulle ou illusoire, et qu'ils ne l'auraient pas exigée s'ils n'en eussent vu l'importance. » (Histoire de ma vie, III, p. 1008-1009.)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu