Dessins de harnais pour les boureliers inventés par Baudouin
Modèles de voitures d'époque Louis XV
Jean-François Chopard, vers 1750.
Gravure, 50 x 65 cm
BnF, Département des Estampes et de la photographie, LD-20 (B)-FOL - Planche C I
© Bibliothèque nationale de France
« Le carnaval commençant le lendemain, j'ai loué un landau pour tous les huit jours. C'est une voiture à quatre places, dont on peut baisser l'impériale sur le devant et sur le derrière ; et dans laquelle on se promène sur le cours depuis vingt-une heure jusqu'à vingt-quatre tous les huit jours. On y va masqué, et sans masque si l'on veut ; on y fait toutes sortes de mascarades à pied et à cheval ; on jette au peuple des confitures, on distribue des satires, des pasquinades, des pamphlets. Tout ce qu'il y a de plus grand à Rome est mêlé à ce qu'il y a de plus petit, on y fait vacarme, et on voit la course des barbes qui passent au milieu du cours entre les landaus qui se tiennent fermes à gauche et à droite. Sur la brune, tout ce peuple va remplir les théâtres d'opéras, de comédies, de pantomimes, de danseurs de corde, où tous les acteurs doivent être ou hommes parfaits ou castrati. On va aussi aux hostelleries et aux cabarets, où toutes les chambres sont pleines de gens qui mangent de toutes leurs forces, comme si on ne mangeait que dans ces jours-là. » (Histoire de ma vie, II, p. 646.)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu