Jeu de cartes aux enseignes latines
Venise, 1753.
BnF, Département des Estampes et de la photographie, Réserve Kh-167 (173-188)
© Bibliothèque nationale de France
« Dans le même temps, je suis allé en déroute au jeu. Jouant à la martingale, j'ai perdu de très grosses sommes ; j'ai vendu, excité par M. M. même, tous ses diamants, ne laissant entre ses mains que cinq cents sequins. Il n'y avait plus question d'évasion. Je jouais encore, mais à petit jeu taillant dans des casins contre des pauvres joueurs. J'attendais ainsi le retour de la fortune. » (Histoire de ma vie, I, p. 838.)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu