Todos Caeran : Caprice n°19
Les Caprices
Francisco de Goya (1746-1828), 1799.
BnF, Département des Estampes et de la photographie, Réserve BF-4 (J)-FOL Boîte 10
© Bibliothèque nationale de France
Casanova goûte peu les Espagnols, « tous ennemis de l'étranger » et « jaloux par nature ». Il trouve les femmes, en revanche, « ardentes de désirs et toutes prêtes à donner la main à des manèges tendant à tromper tous les êtres qui les entourent pour espionner leurs menées. » (Histoire de ma vie, III, p. 571-572). Il rencontre à Valence l'image même de la débauche en la personne de la jeune Nina Bergonzi, qu'il décrit se livrant à une scène d'orgie si insoutenable pour lui qu'il prend la fuite. (Histoire de ma vie, III, p. 683-684).
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander