Rome : La Galerie nouvelle de la bibliothèque Vaticane avec les corniches ornées des vases étrusiens
Poilly, éditeur, Paris, 1760.
Estampe, 29 x 43
BnF, Département des Estampes et de la photographie, LI-72 (7)-FOL
© Bibliothèque nationale de France
« [Le bibliothécaire] m'a entendu me plaindre de la gêne où un homme de lettres se trouvait lorsqu'il allait pour travailler dans les bibliothèques de Rome, comme par exemple à la Minerve, et encore plus à la Vaticane […]. Un des bibliothécaires me présenta pour la première fois à tous les subalternes, et depuis ce jour-là, non seulement je me suis vu maître d'aller à la bibliothèque tous les jours et à toutes les heures, mais de porter chez moi tous les livres dont je pouvais avoir besoin, ne faisant autre chose qu'écrire le titre du livre que je prenais sur une feuille que je laissais sur la table où j'écrivais. On me portait des bougies lorsqu'on s'imaginait que je ne voyais pas bien clair, et on poussa la politesse jusqu'à me donner la clef d'une petite porte par où je pouvais aller en bibliothèque à toutes les heures, très souvent sans être vu. » (Histoire de ma vie, III, p. 856-857)
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu