Pages de titre des Élémens de la philosophie de Neuton mis à la portée de tout le monde de Voltaire
Gravure de Claude-Augustin-Pierre Duflos (1700-1786), Amsterdam, J. Desbordes - In-8°, 1738.
BnF, Réserve des livres rares, Rés. Z. Beuchot 239
© Bibliothèque nationale de France
Rendre les idées de Newton accessibles aux non-spécialistes, tel fut le tour de force que réalisa Voltaire, qui n'était ni mathématicien, ni physicien. Publiés cinquante ans après les Principia (1687), ses Élémens révélèrent aux Français, restés majoritairement cartésiens, la loi de l'attraction universelle. Depuis l'exposé sommaire de la physique newtonienne contenu dans les Lettres philosophiques de 1734, Voltaire, à Cirey, auprès de MmeDu Châtelet et d'Algarotti, a beaucoup appris. Aussi l'amie de Voltaire, Mme Du Châtelet, figure-t-elle sur le frontispice de cet ouvrage, tenant en main un miroir qui éclaire le visage de Newton. Mais, loin de ceux qui interprètent Newton dans un sens matérialiste, Voltaire y trouve le fondement de son déisme : "C'est à l'horloge que l'on reconnaît l'horloger."
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander