Décoration et dessein du jeu tenu par le roy et la reine dans la grande galerie de Versailles… le 9 février 1747
Dessiné d'après nature par Charles-Nicolas Cochin (1715-1790) ; Gravure par C. N. Cochin père, XVIIIe siècle.
Gravure, 47 x 77 cm
BnF, Département des Estampes et de la photographie, Réserve AA-5
© Bibliothèque nationale de France
Casanova est loin d'être seul à être un joueur invétéré. En 1747, l'épisode du célèbre jeu de la reine raconté par Longchamp montre la totale dépendance au jeu de Madame Du Châtelet. Elle avait rassemblé tout l'argent qu'elle pouvait mais, "...cet argent ne fît que paraître et disparaître. Piquée d'un malheur si constant, elle crut le faire cesser à la fin, et, s'obstinant à vouloir réparer ses pertes, elle continua de plus belle, cava au plus fort sur sa parole, et perdit quatre-vingt-quatre mille francs avec une intrépidité inconcevable. Après le jeu, Monsieur de Voltaire, qui était à côté d'elle, effrayé d'une perte si considérable, lui dit en anglais que les distractions qu'elle avait au jeu l'empêchaient de voir qu'elle jouait avec des fripons."
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander