Maquette de costume pour le 3e acte d'Ismène et Isménias (Jean Benjamin de La Borde)
Dessins et croquis de costumes pour les opéras représentés à Paris et à Versailles de 1739 à 1767
Louis-René Boquet (1717-1814), 1770.
BnF, Département des Manuscrits, Rothschild 1462 (1519-3-12), n° 24
« On ne pouvait pas dire qu'elle n'était ni belle ni laide, car son caractère qui intéressait sautait aux yeux ; qu'était-elle donc ? Belle ; mais par des lois et des proportions inconnues à tout le monde, excepté à ceux qui se sentant par une force occulte entraînés à l'aimer avaient le courage de l'étudier et la force de parvenir à les connaître. Cette actrice [de la Comédie-Italienne] fut l'idole de toute la France, et son talent fut le soutien de toutes les comédies que les plus grands auteurs écrivirent pour elle, et principalement Marivaux. Sans elle ces comédies ne seraient pas passées à la postérité. On n'a jamais pu trouver une actrice capable de la remplacer, et on ne la trouvera jamais, car elle devrait réunir entre elles toutes les parties que Silvia possédait dans l'art trop difficile du théâtre, action, voix, physionomie, esprit, maintien, et connaissance du cœur humain. Tout dans elle était nature ; l'art qui accompagnait et avait perfectionné tout ne se laissait pas voir. » (À propos de Zanetta Balletti dite Silvia (1701-1758), Histoire de ma vie, I, p. 560.)
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu