Symboles alchimiques : Emblèmes de Solidonius
Alchimie de Nicolas Flamel (1330 ?-1418)
Manuscrit à peintures, 395 pages, 23 x 20 cm
BnF, Département des Manuscrits, français 14765, folio 317
© Bibliothèque nationale de France
« La troisième heure allait, il fallait satisfaire à Mercure. Nous passons un quart de son heure plongés dans le bain jusqu'aux reins. L'Ondine [Marcoline] enchantait Séramis [Mme d'Urfé] par l'espèce de caresse qu'elle lui faisait, et dont le duc Régent d'Orléans n'en avait aucune idée ; elle les croyait naturelles aux Génies des rivières, ainsi elle applaudissait à tout ce que le Génie femelle travaillait sur elle avec ses doigts. Émue par la reconnaissance, elle pria la belle créature de me prodiguer ses trésors, et ce fut pour lors que Marcoline étala toutes les doctrines de l'école vénitienne. [...]
Séramis demanda à l'oracle si l'opération avait été parfaite. Épouvanté par cette question, je lui ai fait répondre que le verbe du soleil était dans son âme, et qu'elle accoucherait au commencement de février de soi-même changée de sexe ; mais qu'elle devait se tenir pour cent sept heures dans son lit.
Comblée d'aise, elle trouva cet ordre de repos de cent sept heures était divinement savant. Je l'ai embrassée en lui disant que j'allais dormir hors de la ville pour ramasser le reste des drogues que j'y avais laissé après les cultes que j'avais fait à la Lune, en lui promettant de dîner avec elle le lendemain. » (Histoire de ma vie, III, p. 50-51.)

 Suite des aventures avec Mme d'Urfé
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu
 
 
> commander