Le premier des arts, la calligraphie

"L’unique Trait de Pinceau est l’origine de toutes choses, la racine de tous les phénomènes", écrivait le moine Shitao (1641-c.1720).
Définir la Chine comme un empire du trait, c’est souligner le rôle fondamental et unificateur de la technique du tracé au pinceau et à l’encre et son emprise sur le domaine de l’art. La Chine possède la plus longue tradition d’un mode d’écriture inchangé depuis la plus haute antiquité. Elle place à l'échelon le plus élevé de la hiérarchie artistique l’art non figuratif de la calligraphie. Cet art, qui a connu une riche évolution stylistique, s’inscrit dans trois traditions issues de la pratique bouddhique, de la culture aristocratique des cours du Sud, et du taoïsme mystique.
La copie n’est jamais une activité anodine : sur le plan religieux, elle est une offrande qui doit répondre à des règles strictes après une période de purification ; sur le plan culturel, elle est un vecteur de civilisation. Comme acte esthétique, elle marque une piété respectueuse des maîtres du passé érigés en modèles.