Essai en mille caractères en graphie sigillaire
  
Auteur : Zhou Xingsi
Dynastie des Tang, VIIIe siècle
Fragment de rouleau manuscrit sur papier ; 10 caractères par colonne en style xuanzhen des Tang
28,5 x 25 cm
BNF, Manuscrits orientaux, Pelliot chinois 3658

L'Essai en mille caractères a constitué le fondement de l'éducation primaire pour de multiples générations. Il a servi de manuel scolaire pour l'apprentissage du vocabulaire, de la calligraphie et des notions culturelles fondamentales. Appris par cœur et recopié maintes fois depuis l'enfance, il était suffisamment connu de tous pour servir de système parallèle de numérotation jusqu'à mille, utilisé notamment pour la pagination de certaines éditions. Cette composition groupe mille mots, tous différents, par phrases de 4 caractères formant un véritable texte rimé. Sa création remonterait au règne de l'empereur Liang Wudi (r. 502-549) qui, lui aussi grand admirateur de Wang Xizhi, avait créé un répertoire de mille caractères différents copié d'après plusieurs œuvres du maître. Cet ensemble purement graphique aurait alors été combiné sur ordre de l'empereur par Zhou Xingsi pour constituer un texte intelligible évoquant tous les domaines de l'éducation.
Ce fragment de rouleau de six colonnes et demie, préserve le texte de l'Essai en mille caractères du 547e au 610e caractère. Les graphies qui sont ainsi parvenues jusqu'à nous représentent des spécimens rares d'écriture sigillaire des Tang.
La disposition est de 10 caractères par colonne. À droite de chaque gros caractère à l'encre foncée, figure un petit à l'encre plus pâle qui en fournit la graphie en écriture régulière.