Sûtra de Guanyin
  
Traducteur : Kumarajiva (344-413)
Cinq Dynasties, Xe siècle
Rouleau manuscrit à peintures incomplet de 5 et 13 feuilles de papier, illustré à l'encre rehaussée de couleurs ; texte de 9 à 12 caractères par colonne
27 à 28 x 644 cm (fragments de 42 et 602 cm)
BNF, Manuscrits orientaux, Pelliot chinois 4513 et 2010

Détaché du Sûtra du lotus, le Sûtra de Guanyin a circulé sous une forme indépendante. Ce texte connaît encore aujourd'hui une immense popularité et continue d'être récité quotidiennement dans tout le monde bouddhique. Certaines descriptions édifiantes très concrètes qu'il contient se prêtent parfaitement à une illustration didactique compréhensible par tous et expliquent qu'il ait été souvent illustré. Loin d'être savant, élitiste et obscur, ce Sûtra de Guanyin - le bodhisattva qui permet d'échapper aux périls -, cherche à toucher le plus grand nombre, fonctionnaires, marchands, hommes et femmes. Ce bodhisattva protecteur a le pouvoir d'abolir le danger, quelles qu'en soient les causes et les circonstances. Il ouvre toutes grandes les portes du salut universel à quiconque lui adresse une prière sincère, fût-elle la plus simple : la seule formulation de son nom est capable de provoquer des miracles. La simplicité de la formule incantatoire explique sans doute le succès de ce sûtra du bodhisattva secourable à tous et en toutes circonstances.
Le texte énumère les situations critiques de l'existence, notamment les périls qui guettent les voyageurs et les caravanes de marchands circulant dans un lieu infesté de bandits malfaisants qui pouvaient menacer les individus vivant dans cette région du monde au Xe siècle. Parmi les périls possibles, on note celui d'être assailli par des créatures surnaturelles, des bêtes féroces et des serpents qui tuent d'un simple regard.
Le registre supérieur présente une illustration séparée par une ligne horizontale du texte porté en dessous, calligraphié dans une écriture régulière, maladroite, rigide, qui pourrait avoir été exécutée au calame.
Le récit sans continuité alterne stances et prose, évoque les dangers et leur remède, à la manière d'un catalogue. On note la fréquence de la conjonction ruo, "si", qui introduit de nombreux paragraphes.
"Si un homme venait à être précipité dans une fosse pleine d'eau par un être méchant qui voudrait le détruire, il n'a qu'à se souvenir d'Avalokitesvara [Guanyin], et le feu s'éteindra comme s'il était arrosé d'eau. Si un homme venait à tomber dans l'océan redoutable, qui est la demeure des Nâgas, des monstres marins et des Asuras, qu'il se souvienne d'Avalokitesvara [Guanyin] qui est le roi des habitants des mers, et il n'enfoncera jamais dans l'eau. Si un homme venait à être précipité du haut du Méru par un être méchant qui voudrait le détruire, il n'y a qu'à se souvenir d'Avalokitesvara [Guanyin] qui est semblable au soleil, et il se soutiendra, sans tomber, au milieu du ciel. Si des montagnes de diamant venaient à se précipiter sur la tête d'un homme pour le détruire, qu'il se souvienne d'Avalokitesvara [Guanyin], et ces montagnes ne pourront lui enlever un poil du corps. Si un homme est entouré par une troupe d'ennemis, armés de leurs épées et ne songeant qu'à le détruire, il n'a qu'à se souvenir d'Avalokitesvara [Guanyin], pour qu'en un instant ses ennemis conçoivent en sa faveur des pensées de bienveillance. Si quelqu'un, s'étant approché d'un lieu d'exécution, venait à tomber entre les mains du bourreau, il n'a qu'a se souvenir d'Avalokitesvara [Guanyin], pour que le glaive de l'exécuteur se brise en mille pièces [...] Si un homme est environné de bêtes féroces et d'animaux sauvages, terribles, armés de défenses et d'ongles aigus, qu'il se souvienne d'Avalokitesvara [Guanyin], et ces animaux se disperseront aussitôt dans les dix points de l'espace. Si un homme se trouve entouré de reptiles d'un aspect terrible, lançant le poison par les yeux, et répandant autour d'eux un éclat semblable à la flamme, il n'aura qu'à se souvenir d'Avalokitesvara [Guanyin], et ces animaux seront dépouillés de leur poison. "Nous voyons ici un exemple rare de rouleau bouddhique du Xe siècle destiné à la conversion des âmes et à l'édification des gens ordinaires. L'œuvre est destinée à un large public, peut-être illettré : l'iconographie se veut concise, frappante, démonstrative ; le style est volontairement populaire."
La palette du peintre privilégie les tons chauds, de l'orangé au rouge et au magenta, avec des contrastes puissants de vert et de bleu intense.