Sûtra des dix rois [de l'enfer]
  
Xe siècle
Rouleau, incomplet, de 7 feuilles de papier chamois clair ; manuscrit à peinture entièrement illustré
30 x 300,3 cm
BNF, Manuscrits orientaux, Pelliot chinois 4523

Le Sûtra des dix rois, absent du Canon bouddhique, connut un retentissement important. L'iconographie du Sûtra des dix rois avait d'abord été conçue pour illustrer une série de rituels décrits dans un sûtra apocryphe des paroles du Bouddha sur la prophétie des quatre ordres au roi Yama, à l'occasion des sept fêtes préparatoires à la renaissance dans la Terre pure. Selon ce rituel, les fidèles étaient invités à faire de leur vivant des offrandes bimensuelles aux rois des enfers et, après le décès d'un proche, une tous les sept jours à chacun des sept premiers souverains, puis au huitième cent jours plus tard, au neuvième lors du premier anniversaire du décès et au dixième pour le jour du troisième anniversaire ; après sa mort et jusqu'à sa renaissance, l'âme du trépassé errait dans un monde souterrain et comparaissait devant dix cours de justice successives ; le jugement final était prononcé au terme de ces trois années ; entre-temps, de multiples tortures menaçaient les âmes pécheresses qui se mouvaient dans un purgatoire de souffrance. En fonction du verdict définitif, l'âme pouvait renaître ou être libérée.
Le rouleau illustre ce parcours du défunt aux enfers. L'iconographie du Sûtra des dix rois donne à connaître la conception que l'on se faisait du monde de l'au-delà, à partir du milieu du VIIIe ou du début du IXe siècle. Calquée sur la bureaucratie impériale imposée aux vivants, une autre, parallèle, structurait le monde des morts ; cet univers souterrain était quadrillé par des fonctionnaires qui tenaient des registres de tous les événements de la vie et de la mort ; les tribunaux, présidés chacun par un magistrat suprême, un des dix rois, aidé de clercs aux mines sévères, administraient la justice implacable de la loi du karma.
Adoptée par les bouddhistes, la piété filiale, prônée par les confucéens qui en faisaient l'une des vertus cardinales, devait s'exercer envers les parents de leur vivant et se poursuivre après leur disparition ; les âmes pouvaient être, sinon sauvées, du moins soulagées par le comportement approprié de leurs proches ; il était demandé à ceux-ci de se conformer aux prescriptions rituelles mais plus encore de fournir des cadeaux à chacun des dix souverains infernaux. Le texte même du Sûtra des dix rois est très explicite : si les parents du défunt envoyaient des offrandes, celui-ci se réincarnerait dans un être plus noble ou renaîtrait dans les terres bienheureuses, malgré les péchés commis.
Mais à l'inverse, ne pas verser de contribution impliquait qu'aucune rémission ne viendrait adoucir le sort qui attendait le misérable. Ce principe est renforcé visuellement sur le rouleau qui dépeint, au premier plan de plusieurs scènes, les âmes pécheresses qui, par surcroît, sont abandonnées de leur parentèle. Les fidèles ayant mené une existence exemplaire, ou qui sont secourus par les vivants, semblent, quant à eux, se déplacer allègrement.
Pour rendre un culte convenable aux morts, il fallait participer régulièrement aux cérémonies rituelles, et apporter sa contribution d'offrandes sous de multiples formes telles que la copie de sûtras, en particulier celle du Sûtra des dix rois, les dons monétaires en espèces ou en rouleaux d'étoffe, la reproduction d'images saintes. Les nombreux exemplaires de ce texte non canonique témoignent du respect de cette prescription funéraire en matière de copies d'offrande.
Plus qu'aucune autre doctrine, le bouddhisme a su capter l'attention des individus désemparés, canaliser leurs angoisses, les captiver par l'image, leur offrir l'espoir du salut. Ce rouleau est d'autant plus intéressant que seules y figurent les illustrations, nécessairement accompagnées d'un commentaire oral laissé à la discrétion du moine qui le déroulait devant la famille du défunt. Par leur format, les rouleaux à peinture permettaient aux moines ou aux conteurs de se déplacer auprès d'un public qui ne fréquentait pas obligatoirement les sanctuaires bouddhiques et de diffuser des enseignements religieux auprès de populations peu instruites. Chaque feuillet de ce rouleau présenté au public illustre une scène qui mesure 43 centimètres ; les deux premiers feuillets ( à droite)servaient d'introduction, présentant le lieu, les protagonistes et les enjeux du drame ; l'image de Ksitigarbha, le boddhisatva qui a fait vou de sauver les âmes damnées, occupe le centre du frontispice qui couvre le premier feuillet, il est le seul capable de délivrer du tourment ceux dont les descendants accomplissent les rites et font les offrandes appropriées. Vêtu de son châle et puissamment nimbé, assis en majesté sur un trône de lotus et sous un dais, il préside l'éminente assemblée composée des dix rois-juges infernaux. Les rois sont assis respectueusement sur des nattes, de part et d'autre, tenant leur tablette officielle comme pour une audience impériale, tels des fonctionnaires dont ils ont la coiffure et le vêtement ; au premier plan, les deux garçons du Bien et du Mal notent chaque action de l'existence ; à leur côté se trouve le moine Daoming, un rescapé des enfers, ainsi que deux lions placés symétriquement, cet animal étant un compagnon de Ksitigarbha ; on remarque que tous les cartouches préparés ont été laissés vides.
Le deuxième feuillet montre un inquiétant cavalier noir au galop, portant un sinistre étendard, il n'est autre que le messager du roi des enfers Yama, envoyé vers les habitations frappées d'un décès pour surveiller que les descendants se conforment aux rites prescrits ; à gauche, un fonctionnaire est justement occupé à compulser l'un des nombreux registres des actes de piété qu'il a sur son bureau, détail iconographique qui ne se retrouve sur aucun autre rouleau. Tout un feuillet est réservé à la présentation de ces deux personnages ; on peut imaginer qu'elle permettait au moine de s'appesantir sur la scène et ses implications sans que le public ne soit distrait par la suite. Le feuillet suivant montre la première cour de justice, un lieu semble-t-il très fréquenté. À droite, un groupe est en attente de jugement tandis qu'au premier plan, plus visible pour les spectateurs, se trouvent deux malheureux que le juge a condamnés au port de la cangue ; un fidèle présente respectueusement au roi une copie votive qui lui garantira un verdict clément ; on remarque, dans ces tableaux, une profusion de rouleaux.
Le feuillet suivant (à gauche de l'image) montre, à nouveau, les âmes pécheresses au premier plan, ôtant leurs vêtements avant de traverser la rivière Naihe ; grâce à la statue sainte qu'il porte respectueusement, un défunt franchit le pont en toute quiétude ; toute la scène se déroule sous le regard attentif du juge et d'un gardien à tête de bœuf ; le troisième tribunal est montré en toute frontalité ; une fois de plus, la scène dépeint deux camps, les misérables pécheurs abandonnés de leurs proches et les fidèles vertueux qui peuvent offrir, grâce aux dons de leur famille, des rouleaux ou des images sacrées.