Chronique de loyauté et de justice des bords de l'eau
  
Dynastie des Ming, entre 1573 et 1588 (?)
Édition xylographique illustrée en bandeau.
13 colonnes par page ; 23 caractères par colonne
25,4 x 14,7 cm ; bois : 20,6 x 12,5 cm, double ligne d'encadrement en haut et en bas ; illustration : 5 x 9 cm ;
BNF, Manuscrits orientaux, chinois 4008

Cette Nouvelle édition métropolitaine entièrement illustrée et augmentée des épisodes de Tian Hui et de Wang Qing de la Chronique de loyauté et de justice des bords de l'eau est l'une des nombreuses versions éditées d'un des romans les plus populaires, le Shuihuzhuan, la Chronique des bords de l'eau traduit récemment sous le titre Au bord de l'eau. L'embryon qui se développa en un cycle narratif très fourni est l'existence historique à la fin de la dynastie des Song du Nord de hors-la-loi redresseurs de torts, réfugiés dans la province du Shandong. Dirigée par son chef nommé Song Jiang, la bande se retrancha en 1114 dans les marais des monts Liang - Liang shanbo - une zone marécageuse en bordure du fleuve Jaune, dont ils firent leur repaire inexpugnable. Un édit impérial ordonna la pacification de la région en 1120. La dissidence des rebelles ne s'acheva qu'avec la capture, ou peut-être la reddition, de leur chef qui aurait ensuite mis ses troupes au service de l'Empire pour mater d'autres rébellions. Les épisodes de la narration sont, quant à eux, fictifs, ils racontent les prouesses hautes en couleurs des 108 frères jurés placés à la tête de l'armée des brigands soutenue par la population locale, qui revendiquaient leur statut d'agents de la justice céleste. Ce très long roman, interrompu par de nombreuses digressions, fourmille de centaines de personnages, héros ou félons, et de situations à rebondissement.
Publiée dans un but lucratif, la plus ancienne édition de cette version courte remaniée et augmentée des deux épisodes ne subsiste aujourd'hui que par 33 feuillets présentés ici, produits par la maison d'édition Shuangfentang. Cette édition adopte une mise en page caractéristique à ce type d'œuvres. Elle réserve le premier quart supérieur, haut de cinq centimètres, à l'illustration, les trois autres quarts sont laissés au texte compact mais lisible composé sur 13 colonnes. La lecture de la présente édition est ici facilitée par le contenu abrégé et par le bandeau illustré bordé latéralement de deux cartouches qui résument en quelques caractères le sujet de l'intrigue développée dans la page.
Cette œuvre qui élève au rang de héros des bandits insurgés contre l'autorité impériale qu'ils bafouent et ridiculisent mérite sa réputation de roman subversif. Cela explique son succès à diverses époques de l'histoire chinoise, au cours desquelles il fut une source d'inspiration voire un véritable manuel insurrectionnel.