Cent pièces d'opéra d'auteurs de la dynastie des Yuan
  
Éditeur : Zang Maoxun (1550-1620)
Dynastie des Ming, 1615-1616
Édition xylographique illustrée sur papier en 40 fascicules ; couvertures originales en papier beige clair ; 9 colonnes par page ; 20 caractères par colonne ; 224 illustrations en pleine page en tête du texte
27 x 17,5 cm ; bois 20, 5 x 13, 5 cm
BNF, Manuscrits orientaux, chinois 4331-4338

C'est au cours du XIIIe siècle que le théâtre lyrique chinois connut un essor tout particulier. La plupart des pièces d'opéra du zaju, formées de quatre actes ainsi que d'une courte scène nommée "cheville", sont fondées sur de nombreuses conventions musicales et dramatiques. S'y mêlent des récitatifs en langage ordinaire permettant aux spectateurs de se replacer dans l'histoire et des parties chantées dont l'écriture raffinée est proche de la poésie classique. Issues des traditions vernaculaires, ces pièces sont cependant d'une haute qualité littéraire car leurs auteurs étaient des lettrés formés dans la plus pure tradition mais exclus de la carrière officielle par l'arrêt du système de recrutement par examens mandarinaux. La poésie et la musique, plus que l'intrigue, furent les éléments déterminants du succès de ce genre.
Cette édition est la plus réputée parmi les recueils des opéras des Yuan pour la richesse de son corpus et l'influence qu'elle exerça.