Hildegarde de Bingen,
Scivias, Codex
illuminatus

Les six jours de la
création
On trouve chez tous les peuples, dans le fonds le plus ancien de leurs traditions, des récits relatifs à l’origine de la Terre et du ciel. La plupart de ces traditions évoquent un Principe créateur –dieu, idée ou élément– à la source de toute chose.
En Occident, le récit de la Genèse a dominé tout le questionnement cosmogonique jusqu’au XVIIIe siècle, en proposant une classification rationnelle en sept jours : l’"heptaméron". L’apparition des théories mécanistes a fait progressivement passer de la notion de création à celle d’évolution. Au XIXe siècle, l’astrophysique a découvert les berceaux des étoiles, sous forme de nébuleuses gazeuses. La théorie du big bang, forgée au début du XXe siècle et par la suite améliorée, propose un panorama quasi complet de l’évolution cosmique, depuis la naissance de l’espace-temps-matière dans le vide quantique jusqu’à l’émergence de la complexité.


Quatrième jour

 

Les télescopes les plus perfectionnés montrent les germes des premières galaxies, les accouchements d’étoiles au sein de nuages d’hydrogène interstellaire, les parturitions de planètes dans des disques de poussières. Nous sommes dans un cosmos où la genèse est toujours en cours. L’origine de la vie demeure la plus grande énigme ; et la science bute toujours sur le problème de l’émergence des formes qui reste un des secrets les mieux gardés de la création.