Les cosmogonies

La genèse du monde est le premier sujet auquel s’attachent les mythes.

À l’origine de toutes choses, le chaos, le néant, ou bien une grande étendue d’eau ou plus souvent encore un œuf primordial prélude à tous les possibles.

L’univers peut exister dans la pensée du dieu créateur avant même la création ; c’est ce que pensent les Dogons d’Afrique occidentale. La même idée se retrouve chez les Hindous pour qui l’univers résulte d’une méditation de Brahma, le créateur.

Un événement, parfois anodin, déclenche le processus d’évolution : un monticule de terre apparaît hors de l’océan chez les Egyptiens ou, chez les Cheyennes, un échassier conserve dans son bec la vase que le grand esprit transforme en terre ferme au milieu de l’océan.

  

Culte astronomique
chez les Aztèques
(détail)
La dualité originelle

Dans les mythes, la création commence toujours par une dualité, principes masculin et féminin, personnification du ciel et de la terre, jumeaux primordiaux parents du monde.

Une mort sacrificielle

Dans de nombreuses traditions, une mort sacrificielle est à l’origine de la vie. Dans la tradition indienne, Purusha, l’homme cosmique primordial est offert en sacrifice et les différentes parties de son corps composent ensuite l’univers.

Ce thème se retrouve dans la mythologie nordique quand le géant Ymir est mis à mort par les trois dieux créateurs. Son corps devient la terre, son sang, la mer et son crâne, le ciel.

De même encore en Chine où le géant Pan Gu meurt après la création du ciel et de la terre et chaque partie de son corps contribue à la création de l’univers jusqu’à ses larmes qui se transforment en pluie.

  

Bible latine
La succession des mondes

Le monde ne s’est pas forcément construit d’emblée tel qu’il est : chez les Aztèques, quatre mondes successifs ont été détruits avant le monde connu. Chez les Indiens Hopis, un premier monde fut détruit par le feu, un second par le gel, un troisième par le déluge et le nôtre est promis à une destruction prochaine.

Chez les Hindous, Brahma, suscite l’univers par sa méditation. Cet univers évolue en quatre âges successifs et disparaîtra, un nouveau Brahma suscitant un nouvel univers et ainsi de suite à l’infini.