La redécouverte de Ptolémée

    
Savant et vulgarisateur de génie, Claude Ptolémée a rassemblé la somme du savoir antique dans son ouvre dont les trois piliers, l'Almageste, la Tétrabible et la Géographie nous sont arrivés intacts à travers les siècles. Héritier de huit siècles de recherche grecque, son apport à la connaissance du cosmos témoigne de l'unité du monde et de l'interdépendance des savoirs. Mathématicien, astronome, géographe, il est aussi astrologue et croit que les astres, en particulier les planètes, déversent sur la Terre des "influences" touchant directement les humains, individuellement ou collectivement. Son catalogue de 1  022 étoiles et 48 constellations, ses cartes de l'oekoumène fondées sur des listes de toponymes aux coordonnées déterminées, sa classification des peuples en fonction de leur localisation et des influences qu'ils subissent, forment un savoir de référence.
    
La Géographie

La Géographie avec ses cartes, circule dès le Xe siècle dans des manuscrits arabes. Vers 1300, un moine grec, Maxime Planude, dessine les 27 cartes sur la base des indications du texte ; celui-ci, apporté de Constantinople, est traduit en latin vers 1406 à Florence. C'est le début d'un très grand succès pour ce livre auquel le traducteur impose un nouveau titre, Cosmographia, pour montrer que la connaissance de la Terre implique la référence au cosmos. Un grand nombre de manuscrits en sont connus et l'imprimerie en prend modèle pour diffuser très largement ce "best seller".

On peut s'étonner du succès paradoxal de la traduction d'une géographie aux cartes erronées et vieille de près de 14 siècles. Elle reste d'actualité au XVe siècle dans la mesure où le monde n'a pas encore changé, et parce que son contenu théorique et méthodologique - espace orthonormé, répertoire de 8 000 lieux, projection conique - lui permet d'intégrer les connaissances récentes (4 cartes modernes dès 1481 : France, Italie, Espagne, Palestine) et les découvertes à venir. À cela s'ajoute un phénomène de mode autour des superbes exemplaires calligraphiés, avec leurs cartes somptueusement peintes à la main pour les grands seigneurs, ce qui aide à vendre les éditions imprimées. Le goût de la géographie et l'idée des voyages de découverte en ont été stimulés.

    
   
    "L'étude de la forme et des dimensions de la Terre entière, la connaissance de sa position par rapport au ciel, sont des préalables indispensables si l'on veut être capable d'indiquer les dimensions et les caractéristiques de la partie connue de la Terre, d'indiquer aussi les parallèles de la sphère céleste sous lesquels se trouve chacun des lieux du monde connu, ce qui permet de trouver par déduction la durée des jours et des nuits, les étoiles fixes qui passent au zénith, celles qui circulent toujours au dessus, ou toujours au dessous de l'horizon, et tout ce qu'enseigne la théorie des habitats.
Claude Ptolémée, Géographie I-1