Troupe indienne, mât suspendu
Navrasa, Inde du Sud
2000.
© Bruno Krief
L’acrobatie repose sur une arborescence de techniques et de disciplines aux origines multimillénaires. L’utilisation de simples bambous ou de branches soigneusement émondées est une première illustration de l’emprunt d’éléments organiques à des fins spectaculaires. Cette jeune acrobate Indienne ne faillit pas à la règle en développant un enchaînement de figures à partir d’un mât de bois, accroché obliquement et prétexte à la composition de postures inédites. Cette pratique s’inscrit indirectement dans le registre du Mallakhamb, réservé aux gymnastes de sexe masculin, mais qui intègre également pour les jeunes filles le travail à la corde lisse avec de possibles variations structurelles. Ce mât suspendu est un habile compromis entre deux techniques et le lien possible avec un autre agrès populaire en Inde du Sud, le « T Bar », un simple assemblage de deux barres de bois, façonné comme un T inversé et prétexte à des séquences acrobatiques aériennes.
 
 

> partager
 
 
 

 
> copier l'aperçu