Madame Angot venant de recevoir une leçon d'équitation
Scène comique de l'Amphithéâtre d'Équitation et de Voltige de Franconi, père et fils, sur un argument d'Antonio et Laurent Franconi
Théâtre du Cirque Olympique, Paris, vers 1796-1797.
Eau-forte, en couleur, 14,5 x 23 cm
BnF, département des Arts du spectacle, 4-ICO CIR-3
© Bibliothèque nationale de France
« Nicolas prends garde de perdre la piste… suis-moi bien… ce maudit cheval me fera tuer… »
Ce commentaire porté au bas du dessin aquarellé, rappelle le sujet d’une série de pièces de théâtre qui mettent en scène une femme du peuple enrichie, Madame Angot et son valet Nicolas.
En association avec les Astley père et fils, Antonio Franconi occupe à plusieurs reprises leur amphithéâtre qu’il nomme successivement Amphithéâtre National puis à partir de 1795, Amphithéâtre d’Équitation et de Voltige de M.M. Franconi. En 1796, il reprend et adapte à la piste le thème d’une pièce donnée au Théâtre de l’Emulation cette année là, Madame Angot ou la poissarde parvenue, d’Antoine-François Eve, dit Maillot. Le rôle de Madame Angot, traditionnellement dévolu à un homme travesti revient certainement à son beau-frère Jean-Etienne Bassin et celui de son valet à l’écuyer comique Charles Voisin. Ils interprétaient ensemble l’année précédente les personnages de Rognolet et Passe-Carreau, dans une ré-interprétation de la légendaire Course du Tailleur à Brentford imaginée et jouée par Philip Astley dans le rôle de Billy Button, le premier clown de piste. Billy Button inaugure ainsi une lignée de clowns nommés Billy, dont Billy (Samuel) Saunders apparu à Paris en 1794 dans l’Amphithéâtre Anglois d’Astley précédé de son fameux « Vôlez-vous Jouer avec Moâ ? » titre et sujet de la pièce que Marcel Achard crée en 1923 au Théâtre de l’Atelier.
En Italie dans les années 1840, Antonio Quaglieni affiche la pantomime Gli amori di M. Nicola e Mad. Angot. Scena comica eseguita sopra due cavalli in carriera, soit les amours de Madame Angot et de son valet Nicolas interprétées sur deux chevaux de manège.
Au théâtre, les aventures de Madame Angot connaissent des rebondissements, à cheval sur le siècle, dont Madame Angot au sérail de Constantinople, pièce jouée au Théâtre de l’Ambigu comique en 1800.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu