MacCaddon's great international shows [ménagerie]
Affiche P. Vercasson et Cie, Paris, [1905].
Impression photomécanique (affiche) couleur, 80 x 120 cm
BnF, département des Arts du spectacle, AFF-17863
© Bibliothèque nationale de France
Joseph Terry MacCaddon, beau-frère d’Anthony Bailey et personnage clé de l’organisation de la tournée européenne du cirque Barnum and Bailey, décide de créer son propre établissement, à l’échelle de la démesure. Il rassemble notamment une collection de plusieurs centaines d’animaux sauvages et les présente dans une gigantesque ménagerie organisée sur le modèle des cirques américains. Dans le centre de la grande tente sont installés les animaux « inoffensifs », antilopes, zèbres, girafes… et adossées aux parois de la tente, semblables à des vitrines, de nombreuses cages, sculptées et dorées abritent une multitude de fauves, d’oiseaux ou de singes originaires des quatre coins du monde et des créatures inhabituelles comme un tamanoir ou un tapir… Pour le public, le principe est d’arriver une heure avant le début du spectacle pour déambuler dans la ménagerie, devant les animaux, avant de rejoindre le chapiteau pour voir la représentation. Les chevaux, les ânes et les poneys sont installés dans une ou plusieurs autres tentes. Enjolivée par l’illustrateur, la réalité n’en est pas moins impressionnante et l’offre des cirques européens ne tient pas la comparaison. Le cirque MacCaddon aurait pu faire courir les foules… si, dès le début de sa tournée, au printemps 1905, il n’avait eu à subir la concurrence du Buffalo Bill’s Wild West Show du Colonel Cody qui l’accula en quelques mois à peine à la faillite.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu