La cage des animaux féroces au Jardin des Plantes
La ménagerie du Jardin des Plantes de Paris
Série Le Jardin des Plantes, estampe n°30
Images d'Épinal éditées par la Maison Pellerin & Cie, 1861-1864.
Gravure sur bois en couleur, 43 x 30 cm
BnF, département des Estampes et de la photographie, FOL-LI-59 (7)
© Bibliothèque nationale de France
En complément des collections du jardin botanique rassemblées au Jardin Royal des Plantes Médicinales en 1626, la Ménagerie du Jardin des Plantes est fondée en 1794 par Bernardin de Saint-Pierre. La saisie en 1793 des animaux détenus par les forains de Paris, – ainsi qu’en témoigne la gravure extraite du Voyage au Jardin des Plantes de L. F. Jauffret, 1797  – , enrichie en 1794 par les « vestiges » de la ménagerie royale de Versailles constituent les prémices de la collection. Les animaux sont abrités dans des bâtiments classés aux Monuments historiques depuis 1993 : des "fabriques", petites cabanes en rondins et torchis, aux toits de chaume, érigées par l’architecte Molinos en 1802 sur le modèle de la ferme de Marie Antoinette à Versailles, en même temps que la Rotonde (1802-1812), la Galerie des Reptiles en 1870, la Grande Volière construite en 1888 par Alphonse Milne Edwards. L’ensemble est complété par des bâtiments Art déco : le Vivarium en 1926, la Singerie en 1936 et la Fauverie, en 1937, par René Berger, architecte également de la Grande Serre et de la Grande Galerie de l'Évolution, au sein du Museum d’Histoire Naturelle de Paris.
 
 

> partager
 
 

 
 

 
> copier l'aperçu