Le clown Orlando Averino
Chocolat, Averino et les fils de Foottit, Tommy, Georgey
Orlando Averino, clown, et Chocolat, auguste
Hôpital des Enfants-Malades, 1909
Photographie de presse de l’agence Rol (Paris), réf. 4332.
Tirage positif d’après un négatif sur verre, 13 x 18 cm
BnF, département des Estampes et de la photographie, EI-13 (39)
© Bibliothèque nationale de France
D’origine cubaine, Rafaël porte à la scène et à la piste le nom de Chocolat. Sa rencontre avec deux clowns anglais est déterminante : en tournée en Espagne Tony Greace le découvre dans les bars de Bilbao où il danse pour quelques sous et l’engage comme groom pour porter ses bagages. De bonne réputation, le clown britannique est contacté pour faire l’ouverture du Nouveau Cirque de la rue Saint-Honoré à Paris en février 1886. C’est dans cet établissement où se retrouve le Tout-Paris que George Foottit, en contrat comme clown sauteur et clown mime, observe le jeune Cubain et imagine ce que pourrait être un duo avec un auguste noir sans grande expérience de la piste, habillé en danseur mondain et traité en souffre-douleur. Il monte avec Chocolat, à partir de 1889 un duo désormais légendaire, qui durera vingt ans.
En 1909, Chocolat, abandonné par Foottit qui privilégie le travail avec ses fils, change souvent de partenaire. Célèbre, encore, il est pressenti pour participer à des animations dans les services pédiatriques des hôpitaux, Harold, Trousseau, Necker-Enfants Malades.
Par ailleurs, Orlando Averino, issu d’une très ancienne famille d’acrobates, les Averino, alliée à la troupe des Hassan, possède une certaine ressemblance physique et des talents de mime et de sauteur de Foottit. Il en joue et, en contrat au Nouveau Cirque pour la saison 1909-1910, participe à des entrées comiques comme clown avec Chocolat et à ses interventions auprès des enfants hospitalisés. Le sac pailleté brodé d’un coq qu’il revêt sur cette image est le costume qu’il porte dans la pantomime Cocoriquette, à l ‘affiche de l’ouverture de la saison du Nouveau Cirque (avril 1909).
Mais le partenaire « historique » d’Averino est l’auguste Antonio Lozano. Sous le nom des Hassan, ils interprètent notamment, à partir de 1898 : La Statue, Les Gâteaux, Les Tribulations d’une nounou, La Guêpe, les Frères Casse-pied, le Départ pour la Russie [Cirque Medrano, 1902] ou La Mort du chien [1904].
 
 

> partager