Encyclopédie des arts du cirque

Arts du cirque

Blanche de Marcigny, exercices de haute école

Affiche d’artiste de Raymond Tournon
Imprimerie Paul Dupont (Paris), 1902
Lithographie couleur, 100 x 65 cm
BnF, département des Estampes et de la photographie, ENT DN-1 (TOURNON,Raymond)-FT6
© Bibliothèque nationale de France
Mlle de Marcigny fait partie des « artistes mondains » les plus actifs et des plus huppés qui, une fois par an entre 1880 et 1933, constituent la troupe d’un cirque de nobles amateurs réunis, formés et dirigés par Ernest Molier dans son manège de la rue de Bénouville. La presse relate avec zèle les exploits de vicomtes, marquises ou chevaliers auxquels se mêlent quelques débutantes du théâtre lyrique et des variétés, qui cherchent à décrocher des contrats.
Mais parmi les « amazones du Bois » et autres dames de la haute société qui travaillent la haute école sous la férule de Molier, rares sont celles qui font carrière. Tout au plus exercent-elles leurs nouveaux talents sur la piste du prestigieux Nouveau Cirque de la rue Saint-Honoré à l’occasion de soirées de faveur ou de galas de charité.
C’est un défi que relève pourtant Blanche de Marcigny au début du XXe siècle. Elle se produit en écuyère de haute école, chevauchant sa monture à califourchon dans l’uniforme d’officier de l’École d’équitation de Saumur, comme Mlle Isabelle Chinon puis Mlle Julia Denis avant elle. Sous le pinceau de Raymond Tournon, le cartouche en haut à droite de l'image ci-dessus la représente également en maître de manège, dans un cercle qui ressemble aux cerceaux de papier où sautent les écuyères à panneaux.
 
Voir aussi :
- Comoedia du 1er juillet 1909, p. 1 et 2.